2084: La fin du monde - SANSAL Boualem

Couverture 2084: La fin du monde

Académie Française - Grand prix du roman – 2015 - Palmarès du meilleur livre de l'année, Magazine Lire - 2015. L'Abistan, immense empire, tire son nom du prophète Abi, "délégué" de Yölah sur terre. Son système est fondé sur l'amnésie et la soumission au dieu unique. Toute pensée personnelle est bannie, un système de surveillance omniprésent permet de connaître les idées et les actes déviants. Officiellement, le peuple unanime vit dans le bonheur de la foi sans questions. Le personnage central, Ati, met en doute les certitudes imposées. Il se lance dans une enquête sur l'existence d'un peuple de renégats, qui vit dans des ghettos, sans le recours de la religion... Boualem Sansal s'est imposé comme une des voix majeures de la littérature contemporaine. Au fil d'un récit débridé, plein d'innocence goguenarde, d'inventions cocasses ou inquiétantes, il s'inscrit dans la filiation d'Orwell pour brocarder les dérives et l'hypocrisie du radicalisme religieux qui menace les démocraties.

Biographie de l'auteur

Boualem Sansal, né en 1949 à Theniet El Had, petit village des monts de l'Ouarsenis, est un écrivain algérien francophone, principalement romancier mais aussi essayiste, censuré dans son pays d'origine à cause de sa position très critique envers le pouvoir en place. Il habite néanmoins toujours en Algérie, considérant que son pays a besoin des artistes pour ouvrir la voie à la paix et à la démocratie. Il est en revanche très reconnu en France et en Allemagne, pays dans lesquels ses romans se vendent particulièrement bien, et où il a reçu de nombreux prix.


Date première édition: août 2015

Editeur: Gallimard

Genre: Roman

Mots clés :

Notre avis : 7 / 10 (1 note)

Enregistré le: 14 décembre 2016



Marie-Claire
Appréciation de lecture
2084: La fin du monde
Appréciation : 7 / 10
Commentaire #1 du : 14 décembre 2016
Boualem Sansal revisite le roman de G. Orwell 1984 en mettant en scène un monde totalitaire gouverné par le fondamentalisme religieux. Il n'est pas nommé mais on reconnaît sans peine un Etat islamique qui se serait imposé de guerre sainte en guerre sainte. On a tous les ingrédients du genre: bourrage de crâne, slogans, pèlerinages pour occuper les foules miséreuses, police politique, répression...Bienvenue en enfer !

Cet état, l'Abistan, est un immense empire né peut-être en 2084. Dans ce futur indéfini, on suit Abi qui va entrer en résistance et essayer de trouver la vérité en même temps que l'éventuelle frontière.
Le propos est intéressant et même nécessaire, déjà en 1999, avec Le Serment des barbares,
l'auteur dénonçait l'intégrisme et cette fable est à lire car elle évoque un monde fictif certes: " c'est une œuvre de pure invention, le monde de bigaye que je décris dans ces pages n'existe pas et n'a aucune raison d'exister à l'avenir..." mais attention, ce monde ne serait-il pas en embuscade ?

Livre très intéressant donc, cependant, j'ai trouvé que le récit manquait de rythme et le héros un peu d'épaisseur. Les descriptions sont parfois longues et trop minutieuses car l'auteur veut trop nous convaincre.
C'est donc plus un livre de réflexion qu'un roman de SF, ce qui ne lui enlève rien de sa valeur !

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :