Les dix femmes de l'industriel Rauno Rämekorpi - PAASILINNA Arto

Couverture Les dix femmes de l'industriel Rauno Rämekorpi

Rauno Rämekorpi, un riche industriel finlandais, fête ses 60 ans. Comme le veut la coutume, les invités ont afflué chez le héros du jour les bras chargés de cadeaux et de fleurs. Mais Mme Rämekorpi est allergique au pollen et Rauno se voit donc prié, à peine le dernier convive parti, de convoyer les fleurs à la décharge sans même prendre la peine d'ôter sa queue-de-pie. En chemin, l'heureux sexagénaire a soudain une bien meilleure idée : il offrira les bouquets à ses nombreuses maîtresses. Commence alors une tournée qui va mener ce noceur impénitent d'une alcôve à l'autre dans un déluge de libations et de bonne chère. Hilares, nous suivons les drôles de péripéties de ce vieux séducteur et de ses décapantes compagnes.
Le succès est tel que Rauno décide de réitérer sa généreuse virée à l'occasion des fêtes de fin d'année. Mais le vent semble entre-temps avoir tourné pour notre don Juan déguisé en Père Noël...
Une farce aux accents rabelaisiens, une réjouissante galerie de portraits de femmes victimes d'un héros qu'on adorera détester !

Biographie de l'auteur

Arto Paasilinna est né en Laponie finlandaise en 1942. Successivement bûcheron, ouvrier agricole, journaliste et poète, il est l'auteur d'environ 40 romans dont Le meunier hurlant, Le lièvre de Vatanen, La douce empoisonneuse, et, en 2003, Petits suicides entre amis, romans cultes traduits en plusieurs langues.

Date première édition: mai 2009

Editeur: Gallimard

Genre: Roman

Mots clés :

Notre avis : 4.50 / 10 (2 notes)

Enregistré le: 14 septembre 2011



Michel-Henri
Appréciation de lecture
Les dix femmes de l'industriel Rauno Rämekorpi
Appréciation : 7 / 10
Commentaire #2 du : 23 novembre 2012
Toujours déroutant cet auteur. Dans ce roman, il nous entraîne dans une farce joyeuse. C'est un vaudeville mais un vaudeville qui a perdu sa lourdeur empesée et bourgeoise. Tout est remis au goût du jour, les moeurs libérées de la société finlandaise. Les dix femmes dont le portait est dressé ici, sont tout sauf des potiches. Elles entendent vivre leur sexualité et le reste, pleinement et traiter leur partenaire comme il se doit.
Curieusement nous retrouvons de la fraîcheur rabelaisienne à la manière aussi des farces du Moyen-âge. La chair est gaie, qu'on se le dise mais sans fétichisme. D'ailleurs les scènes d'amour sont traitées en quelques mots, presque élidées. L'important n'est pas là, il ne faut pas transformer le lecteur en voyeur. Il s'agit plutôt de le provoquer, de lui montrer que la vie est courte pour qui est triste mais au combien passionnante pour qui veut la croquer à pleine dent.
Les choses sont dites crûment mais rien de graveleux. Le personnage principal est un naïf, le qualificatif qui revient le plus souvent pour le décrire est celui d'ours, un bon gros nounours avec ses colères et ses passions, passion de la vie surtout. L'auteur, même s'il le fait peu parler directement adopte le plus souvent son point de vue sur la vie. Pourquoi s'en faire ? A bas les convenances et le qu'en dira-t-on ! Fonçons, si c'est notre coeur qui parle, rien ne peut en sortir de mauvais. Une sacrée philosophie de la vie !
J'avoue avoir assez peu "accroché" avec ce livre malgré ses qualités évidentes. Peut-être suis-je insensible à ce type d'humour ? Mais citons quand même pour le plaisir ce passage : " Le chauffeur de taxi fit remarquer qu'en réalité, le conseiller à l'industrie tenait plus du bouc cornu des anciens mythes liés au solstice d'hiver que de son avatar moderne à costume rouge et barbe blanche. Konqvist comprenait parfaitement que son client ait besoin d'une culotte à pont. Mais quel type de fermeture préférait-il, zip ou boutons ? Sorjonen déclara qu'il fallait de toute évidence des boutons, les fermetures à glissière risquaient de s'enrayer en cas d'utilisation trop intensive" (page 168).
Bref, je recommande à tout le monde de quand même jeter un coup d'oeil à ce roman. Ceux qui apprécient cet humour y trouveront sans doute leur miel.
Dernière édition : 23 novembre 2012, 11:54:27 par moderateur  
Mélusine
Appréciation de lecture
Les dix femmes de l'industriel Rauno Rämekorpi
Appréciation : 2 / 10
Commentaire #1 du : 14 septembre 2011
Les frasques et ébats sexuels d’un industriel finnois de la première page à la dernière, même si il est bien puni en dernier lieu.
Je n’ai pas aimé ce livre. Je m’y suis ennuyée du début à la fin.
Répétitif – ennuyeux – bas de gamme

Ce serait bien d’avoir d’autres avis de lecture …

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :